© Fabienne Jouault

January 7, 2020

November 5, 2019

April 24, 2019

Please reload

Posts Récents
Mes articles

COMMUNIQUER AVEC SON CORPS DANS LA TENDRESSE

May 11, 2017

 

 

Plus je me connecte à mon Etre intérieur, plus je vis dans « l’instant présent », plus je me découvre chaque jour davantage, j’apprends à me connaître de mieux en mieux.

Et c’est mon « corps » mon meilleur indicateur, mon meilleur guide.

C’est lui, qui, en fonction de ce qu’il me fait ressentir, m’alerte. Il me fait signe que quelque chose en moi me demande une attention particulière.

 

Je vis beaucoup d’expériences liées à l’écoute de mon corps.

Celui-ci s’est manifesté à plusieurs reprises, par des petits problèmes de santé auxquels avant je n’aurais pas prêté attention.

J’aurais simplement dit « c’est normal, c’est le temps, ou c’est à cause de ceci ou de cela… »

J’aurais toujours trouvé une cause « extérieure » à moi-même.

 

Mais je sais, aujourd’hui, que trouver une cause extérieure est un moyen de ne pas prendre sa responsabilité. Bien sûr que j’ai pu « attraper froid ou manger quelque chose qui n’est pas bon pour moi,  mais je sais aussi qu’inconsciemment, ceci est là pour venir me donner un message, m’alerter.

 

Mon corps connaît tout de moi, mon corps conserve toutes les mémoires de ce que j’ai vécu, de ce que je n’ai pas accepté, de mes blessures, de mes croyances, de toutes mes résistances…

de tout ce qui m’empêche d’être dans l’amour, la joie, la sérénité…de tout ce que je n’ai pas « réglé » avec moi-même, avec les autres.

Alors, lorsqu’il se manifeste physiquement ou émotionnellement, au lieu d’être, comme je l’étais avant, dans une réaction automatique de rejet par la colère, l’agacement, l’énervement, ou tout simplement passive en me disant que je n’y peux rien, maintenant, je me dis que j’ai 2 choix :

 

AGIR COMME AVANT OU FAIRE AUTREMENT

 

Et aujourd’hui, je décide de « faire autrement .

 

  • Je prends du temps pour écouter ce que je « ressens » en essayant de le nommer :

        « oui, j’ai mal, ou, j’ai peur, ou je suis triste… » (étape importante)

 

  • Je m’ouvre à ce que je ressens physiquement en terme de sensation  ou émotionnellement comme si j’ouvrais mes bras pour accueillir avec tendresse autant la douleur mais aussi cette partie de moi qui refuse cette douleur et je me berce de l’intérieur :

 

      « OUI, je t’accueille ma douleur et cette partie de moi qui ressent toute la rage, la                frustration de vivre cette douleur »

 

et je ne m’identifie plus à cette douleur, je lui offre un espace en moi où se poser, où se déposer et cela me permet de ne pas alimenter la souffrance qui pourrait en découler.

 

L’HUMAIN ET LE DIVIN EN UNITE !

 

Pour moi, c’est l’étape nécessaire pour commencer à s’auto-guérir.

 

Lorsque nous sommes convaincus et mettons en pratique cette démarche, nous nous approchons de plus en plus de notre vraie nature qui est l’amour, la joie, la lumière, la tolérance, la compréhension…et ce qui est encore plus formidable en ce qui me concerne, c’est que plus je me rapproche de moi-même, de ma source, plus j’entends ses messages et je peux aller de plus en plus loin.

Il m’arrive de capter en moi, par mon intuition ou par mon ressenti, la nécessité de rencontrer quelqu’un qui va pouvoir m’aider à aller à la rencontre de certaines mémoires qui sont ancrées dans mon corps pour les transcender et me permettre encore plus de libérer certains aspects de moi.

Je suis persuadée qu’à partir du moment où nous décidons de nous prendre en main, de prendre notre responsabilité, nous trouvons toujours l’aide nécessaire.

 

Et, en relisant le livre d’Eckhart Tolle « Le pouvoir du moment présent », voici quelques extraits pour illustrer mes propos précédents :

 

«  Le corps que vous pouvez voir et toucher ne peut vous mener à L’ETRE. Mais ce corps visible et tangible n’est qu’une coquille extérieure, ou plutôt une perception limitée et déformée d’une réalité plus profonde.

…Dans votre état naturel de connexion avec l’Etre, cette réalité plus profonde se fait sentir à tout moment comme le corps intérieur invisible, cette présence en vous qui vous donne vie.

…Donc « habiter son corps » c’est ressentir le corps de l’intérieur, ressentir la vie à l’intérieur du corps, et par là-même, parvenir à la certitude que vous vous situez au-delà de cette forme externe.

…Mais ce n’est là que le début d’une voyage qui vous mènera toujours plus loin dans les profondeurs d’un royaume de calme et de paix, mais animé aussi d’une vie pleine d’énergie et d’une grande puissance. Sous votre forme externe, vous êtes reliés à quelque chose de si vaste, de si incommensurable et sacré, qu’on ne peut le concevoir ou en parler…

…Le fait est que jamais personne n’a trouvé l’illumination par le déni du corps, le combat contre le corps ou expérience de décorporation.

…L’essentiel de la transformation se fait par le corps, non en dehors.

…Le Maître, c’est vous, et chacun de vous est en mesure d’accéder à la source qui est en vous. Et le chemin passe par le corps intérieur….

…Ne vous détournez pas de votre corps, car au sein de ce symbole, du périssable, de la mort, se cache la splendeur de votre réalité essentielle et immortelle…

…Ne dirigez pas votre attention ailleurs dans votre recherche de la vérité car vous ne la trouverez pas ailleurs qu’à l’intérieur du corps…

…Ne luttez pas contre le corps, car ce faisant, vous luttez contre votre propre réalité…Le corps que vous voyez et touchez n’est qu’un léger voile d’illusion. En-dessous, se trouve l’invisible corps intérieur … »

 

Vous accorderez à ce témoignage le crédit que vous ressentirez.

 

Ceci est mon expérience qui me tient à cœur de partager afin de vous aider à comprendre comme il est important de s’aimer, de s’accorder de l’attention, de se parler avec tendresse, surtout dans les moments de difficultés, de douleurs.

 

Il faut du temps, de la patience pour réussir à modifier nos comportements, nos attitudes, mais c’est en se prenant en charge, en acceptant la responsabilité de notre Etre que nous pouvons réussir à progresser vers un état plus harmonieux, plus joyeux et profitez au mieux de notre incarnation.

 

Et je terminerai en précisant que si nous pensons trouver le bonheur et la joie de vivre uniquement lorsque les difficultés ou les obstacles ou les expériences difficiles auront disparu de notre vie, c’est, pour moi, impossible.

Nous n’avons pas la main sur ce que la vie nous présente, nous vivons sur ce plan terrestre pour justement dépasser nos limites en apprenant à être dans l’accueil de tout ce qui est.

Ce ne sont pas les difficultés qui créent nos souffrances, c’est la manière dont nous les accueillons.

Je vous souhaite de vous rapprocher de plus en plus de votre corps intérieur afin de découvrir l’Etre que vous êtes réellement.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Archives