QUAND L'OMBRE SURGIT

Certains jours me paraissent bien gris Mais, ce gris n’est que le reflet de mon ressenti Car ma lumière intérieure est ternie Et le sombre m’envahit La tristesse tout doucement se profile Tout mon corps devient fragile Comme si plus rien n’était possible Et je regarde le temps qui défile Je laisse alors ma pensée aller Vers des chemins parsemés De peurs, de doutes, encore bien ancrés Et toute ma vie semble vibrer Au rythme de ce cauchemar éveillé Je fais alors le choix De laisser vivre mon désarroi Pour lui permettre d’exprimer l’émotion Que j’accueille avec compassion Et je lui accorde tout mon amour et toute mon attention Alors, je sens à nouveau en moi Le mouvement de la vie, avec émoi Qu

Mes articles
Archives

© Fabienne Jouault